Cela pourrait sembler surprenant, mais l’oreille représente l’un des plus importants points d’interconnexion entre des organes différents dans beaucoup de philosophies et systèmes de guérison. Quoique à sa base l’acupuncture auriculaire est dérivée d’anciens principes, la plupart de ses techniques majeures ont été développées durant le dernier siècle dans l’Occident. Sa gamme complète de d’applications est relativement énorme, mais ses utilisations les plus populaires incluent le traitement de la douleur, toxicomanie, du traumatisme émotionnel, choc et stress aigu. Ainsi, cette technique a été utilisée pour le traitement dans l’armée – d’autant plus qu’une alternative aux opiacés – et pour les réponses d’urgence aux catastrophes.

Histoire de l’auriculothérapie

Le docteur Paul Nogier, un neurologue français et Frank Bahr M.D., un médecin allemand, ont tous deux apporté une contribution importante aux  fondations de cette thérapie dans les années 1950s et 1960s. En 1972, un médecin provenant d’Hong-Kong nommé H.L. Wen, M.D. a découvert que l’acupuncture auriculaire est remarquablement efficace comme traitement pour la dépendance aux opiacés, car elle soulage admirablement les symptômes de désintoxication. Cette découverte a alors inspire l’adoption de cette approche dans un centre de désintoxication à New York en 1974, ce qui a ouvert la voie pour la fondation de l’Association Nationale de d’Acupuncture de Détoxification(NADA) en 1985. Le travail important du NADA se centre sur la formation des praticien.es, l’établissement de protocoles de traitement et la revendication d’un meilleur accès public au traitement. À cause de leurs efforts inestimables, l’auriculothérapie est maintenant souvent utilisée comme traitement en cas de catastrophe et dans le sein de pratiques médicales à travers le monde. Le protocole NADA reste l’un des piliers de la pratique de l’acupuncture auriculaire.

“L’acupuncture de champ de bataille” du docteur Niemtzow représente aussi une contribution importante au domaine. Cette méthode de traitement simplifiée exige l’insertion de cinq aiguilles par oreille, et elle est majoritairement utilisée par les armées américaine et chinoise tant à l’étranger – autant pour le traitement de douleur que le choc – et qu’à  l’intérieur de ces pays. L’avantage majeur de cette technique est qu’elle est relativement simple et rentable : les praticiens ont seulement besoin de trois à quatre heures de formation, plutôt que de suivre le programme plus complet offert par NADA. Cet aspect de cette technique est aussi son inconvénient principal, comme elle représente une approche moins holistique et ciblée aux divers problèmes de santé.

Le protocole NADA recommande particulièrement les points Shen Men pour le traitement immédiat des personnes en état de choc en cas de catastrophe. Leur programme de formation est cependant beaucoup plus complet, intègre des instruments différents et des points non couverts par l’approche de docteur Niemtzow.

Autres philosophies

Une des branches principales de médecine alternative qui s’intéresse au traitement des oreilles est la réflexologie, qui relie les organes du corps à cette extrémité. Quoique ses techniques soient semblables en principe à l’acupuncture auriculaire, les points de connexion qui y sont identifiés diffèrent de ceux de l’acupuncture.

Instruments

Les instruments principaux utilisés par les praticien.ne.s d’acupuncture auriculaire sont de très petites aiguilles, des aiguilles à demeures, des grains de vaccaria et des billes adhésives. Tous ces instruments sont non invasifs et incroyablement précis. Les aiguilles typiquement utilisées à cette fin sont de la largeur d’un cheveu, et leur insertion ne produira seulement qu’une sensation de pincement mineure.